Skip to Content

Instrukcja korzystania z Biblioteki

Serwisy:

Ukryty Internet | Wyszukiwarki specjalistyczne tekstów i źródeł naukowych | Translatory online | Encyklopedie i słowniki online

Translator:

Kosmos
Astronomia Astrofizyka
Inne

Kultura
Sztuka dawna i współczesna, muzea i kolekcje

Metoda
Metodologia nauk, Matematyka, Filozofia, Miary i wagi, Pomiary

Materia
Substancje, reakcje, energia
Fizyka, chemia i inżynieria materiałowa

Człowiek
Antropologia kulturowa Socjologia Psychologia Zdrowie i medycyna

Wizje
Przewidywania Kosmologia Religie Ideologia Polityka

Ziemia
Geologia, geofizyka, geochemia, środowisko przyrodnicze

Życie
Biologia, biologia molekularna i genetyka

Cyberprzestrzeń
Technologia cyberprzestrzeni, cyberkultura, media i komunikacja

Działalność
Wiadomości | Gospodarka, biznes, zarządzanie, ekonomia

Technologie
Budownictwo, energetyka, transport, wytwarzanie, technologie informacyjne

Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA)

Entre 2002 et 2012 sont parues plusieurs éditions critiques de textes historiographiques et diplomatiques auxerrois des ixe-xiiie siècles. L’accès désormais facilité à ces sources est déjà à lui seul à saluer ; surtout, leur confrontation maintenant possible permet des éclairages nouveaux sur l’histoire d’Auxerre au Moyen Âge.
Les Gestes des évêques d’Auxerre. Sous la direction de Michel Sot (Les classiques de l’histoire [de France] au Moyen Âge, 42, 43 et 47), 3 tomes, 19 cm, lvii + 336 p., 372 p. et xli + 297 p., Paris, 2002-2009 ; ISBN 978-2-251-34053-1, 978-2-251-34054-8 et 978-2-251-34058-6 ; 41 €, 41 € et 43 € [le tome 2 ne distingue pas introduction et texte par une double numérotation].
Les Gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre. Édition et traduction par Noëlle Deflou-Leca et Yves Sassier (Les classiques de l’histoire au Moyen Âge, 50), 19 cm, lxii + 178 p., Paris, 2011 ; ISBN 978-2-251-34061-6, 43 €.
Three Cartularies from Thirteenth-Century Auxerre. Edited by Constance ...

http://cem.revues.org/13359 2014/06/21 - 11:50

À l’origine des travaux dont il est ici question se trouve la question de l’existence de « régions diplomatiques » (Urkundenlandschaften), que l’on pourrait définir comme des espaces marqués par des pratiques communes dans l’écrit diplomatique . Des disparités régionales dans les pratiques de l’écrit à l’époque carolingienne ont été mises en évidence. C’est pourquoi, il semble intéressant de savoir si dans le processus de territorialisation qui a suivi l’effritement de l’empire carolingien, des espaces se sont individualisés culturellement par leurs pratiques documentaires . Par ailleurs, les xe et xie siècles sont connus pour leurs profondes mutations dans le domaine de l’écrit diplomatique. Celles-ci ont affecté à la fois la production de l’écrit (élément humain), la forme des actes et leur typologie, mais aussi leur conservation . Une « prise de pouvoir monastique » dans le domaine de l’écrit a été évoquée par Olivier Guyotjeannin . Le lien entre ces changements dans l’écrit et l...

http://cem.revues.org/13392 2014/06/21 - 11:50

Introduction
Dans le cadre de recherches sur l’italien ancien, on attend toujours des analyses spécifiques et détaillées qui portent sur la langue des traductions médiévales du latin. Dans le panorama des études lexicales, ce défaut est perçu de manière d’autant plus forte que les traductions anciennes, – et les traductions des classiques latins en particulier –, constituent une partie très large des témoignages de la langue italienne du Moyen Âge. Pour s’en rendre compte, il suffit de citer quelques données se référant au corpus OVI, qui récolte l’écrasante majorité des textes italiens des origines à la fin du xive siècle . Si les traductions, quelles qu’elles soient – « vraies » traductions, remaniements, paraphrases, commentaires, etc. –, ne correspondent qu’à 11 % des ouvrages du corpus, elles fournissent tout de même à peu près 40 % des occurrences lexicales, ainsi que 56 % des formes graphiques distinctes, et plus de la moitié des lemmes totaux .
Par ailleurs, au niveau de la re...

http://cem.revues.org/13423 2014/06/21 - 11:50

Dans les Pays Bas méridionaux du XIIIe siècle, les mulieres religiosae constituaient un pivot de la vie spirituelle, dont on cherchait ardemment le contact, tantôt pour son pouvoir thaumaturgique, tantôt pour sa puissance d’intercession. Leur hagiographe en témoigne volontiers au travers de scènes de première vue qui éclairent sous un jour nouveau les principes de sociabilité de ces femmes dévotes. En repérer le canevas permet de mieux saisir, en effet, leur place et leur rôle auprès de leurs contemporains, ou du moins ceux que les ecclésiastiques réformateurs voudraient leur voir assumer. Ainsi, derrière les topoi de réputation de sainteté et d’intercession divine exercée à travers elles, c’est un ensemble de pratiques sociales et de relations spécifiques qui ressortent en filigrane de ces scènes.

http://cem.revues.org/13383 2014/06/21 - 11:50

La localité de Ferrières-en-Gâtinais est située au nord-est du département du Loiret ; ce promontoire surplombant la vallée de la Cléry a été choisi au viie siècle par Walbert, abbé de Luxeuil, pour implanter sur ses terres une communauté monastique . L’abbaye fondée sous le vocable de Saint-Pierre-Saint-Paul acquit une grande renommée à l’époque carolingienne, notamment sous les abbatiats d’Aldric (821-829) et de Loup de Ferrières (841-862), qui contribuèrent à en faire un foyer intellectuel en relation non seulement avec d’importants monastères de Francie occidentale, mais aussi avec Charles le Chauve et son entourage. L’édifice à plan centré octogonal, inspiré de la chapelle palatine d’Aix et conservé sous le transept actuel de l’église Saint-Pierre, date de cette époque .
À l’époque romane une seconde église est construite, voire reconstruite – une étude approfondie du bâtiment fait encore défaut –, à une vingtaine de mètres à l’ouest de l’abbaye sous le vocable de Notre-Dame-de-...

http://cem.revues.org/13387 2014/06/21 - 11:50

L’Expositio in librum Judith est l’une des rares œuvres offertes à une souveraine carolingienne. Ce commentaire, le premier écrit sur le livre de Judith, fut composé par Raban Maur (vers 780-856), abbé de Fulda en 822 puis archevêque de Mayence en 847, et auteur prolifique dont la science fut reconnue dès son époque. Même si la date de son envoi fait encore débat, Raban l’a probablement dédié à l’impératrice Judith (819-843), deuxième épouse de Louis le Pieux (814-840), entre les années 831 et 834, période des révoltes des fils de l’empereur. Attaquée, accusée d’adultère teinté d’inceste afin de la faire apparaître indigne de son rôle d’impératrice, elle est soutenue par Raban, et l’envoi de son commentaire est la marque visible de son appui. Cette œuvre fut également adressée à l’impératrice Ermengarde (840-851), épouse du fils aîné de Louis le Pieux, Lothaire Ier (840-855), comme le montre un poème acrostiche qui lui est dédié et qui accompagnait le commentaire.
L’étude des textes ...

http://cem.revues.org/13395 2014/06/21 - 11:50

Il peut paraître surprenant de s’intéresser à la couleur de l’habit originel des frères Mineurs, puisque ni la règle franciscaine ni les écrits hagiographiques ni les premiers témoignages ne signalent un quelconque intérêt pour cet aspect de leur vestiaire. Si les sources écrites sont à peu près muettes à ce sujet, pour autant, les représentations peintes connaissent une explosion quantitative et qualitative dans le siècle qui suit la fondation de l’ordre. C’est donc une enquête visuelle qui est proposée ici. Mise en perspective avec les silences du dossier textuel, elle s’interroge sans naïveté sur le bien-fondé d’une telle démarche qui exploite les données figurées, lorsque le texte offre des définitions en creux. Pour mieux éprouver la validité de cette approche, l’étude aborde la matérialité des tuniques franciscaines sous quatre angles de vue connexes, entre 1220 et 1320 environ. Pour commencer, elle traite de l’habit porté par saint François lui-même, à travers les textes, les...

http://cem.revues.org/13378 2014/06/21 - 11:50

Introdução 
Apresentamos neste ensaio uma análise de três livros de Alain Boureau [1946-] : La légende dorée : le systhème narratif de Jacques de Voragine (1984), L’événement sans fin : Récits et christianisme au Moyen Âge (1993) e Satan hérétique, histoire de la démonologie (2004) . O objetivo principal é identificar características da Antropologia histórica e da Antropologia escolástica. Boureau, que participa do Grupo de Antropologia Histórica do Ocidente Medieval (GAHOM), da École des hautes études en sciences sociales (EHESS), fundou em 1993 o Grupo de Antropologia Escolástica (GAS) e tem destacada atuação sobre a relação entre ordens mendicantes e debates intelectuais entre os séculos XIII e XIV. Embora as obras selecionadas datem dos anos 1980, 1990 e 2000, perfazendo um recorte de trinta anos, para melhor enquadrá-las acreditamos ser necessário uma introdução mais geral sobre a relação história e antropologia.
Um dos marcos para o entendimento da relação entre história medieva...

http://cem.revues.org/13439 2014/06/21 - 11:50

À travers l’exemple du décor monumental en mosaïques de la basilique Sainte-Praxède, il s’agit de réfléchir sur l’omniprésence du pape Pascal Ier (817-824) dans un espace ecclésial ainsi que dans le cadre urbain d’une Rome renaissante au ixe siècle. La délimitation voire la redélimitation d’un espace autant d’un point de vue matériel, liturgique que visuel apparaît comme un outil majeur de l’affirmation de l’autorité du pape Pascal Ier. En effet, ce dernier a eu recours à des formules visuelles efficaces, certaines étant réactivées, afin de revendiquer une certaine cohérence avec ses prédécesseurs ainsi qu’avec les origines de l’Urbs des premiers siècles. Ces formules visuelles ont été enchevêtrées dans le décor de Sainte-Praxède et participèrent à renforcer la fonction de souverain pontife de Pascal Ier en le plaçant à mi-chemin des martyrs romains fondateurs, des apôtres et du Christ.

http://cem.revues.org/13363 2014/06/21 - 11:50

« Si les numérisations ne cessent de s’accumuler depuis trois décennies, y compris les reproductions des manuscrits, leur exploitation demeure encore en deçà des changements potentiels importants qu’on pourrait présager. Ce décalage provient à la fois des questions posées par les historiens à cette documentation, qui n’ont pas elles-mêmes évolué, et, par conséquent, des moyens donnés pour l’interroger. En d’autres termes, c’est la portée des opérations intellectuelles qui conditionnent les opérations techniques . »
À ce jour, les chartes bourguignonnes réunies au sein du corpus CBMA offrent le schéma d’interrogation en ligne le plus flexible pour une base de données diplomatique de cette taille : plus de 13 000 actes, sous le logiciel de fouille de données Philologic , désormais accessibles via un serveur hébergé par le TGE Adonis (http://www.artehis-cbma.eu/) . Ce nouvel hébergement, effectif depuis le mois de septembre 2012, apporte une structure technique non négligeable, permetta...

http://cem.revues.org/13172 2014/04/28 - 16:40

L’histoire de la criminalité et de la justice de la fin du Moyen Âge s’est beaucoup développée depuis les nouvelles questions historiographiques posées au cours des années 1970-1980 par des chercheurs comme Jacques Chiffoleau, Nicole Gonthier et Claude Gauvard, entre autres . De nombreuses études ont été menées sur bien des aspects de cette thématique, en faisant appel, notamment, à d’autres sciences humaines telles que l’anthropologie. Néanmoins, et comme le souligne Xavier Rousseaux , les études sur les justices urbaines sont le parent pauvre de cette histoire lorsque l’on s’éloigne de l’Italie ou des Pays-Bas, dont les villes ont été particulièrement bien étudiées. C’est donc dans le but de réaliser une étude de synthèse sur l’organisation judiciaire échevinale et des procédures mises en place par la ville de Dijon, en dépit des limites imposées par les sources elles-mêmes, qu’a été entrepris ce mémoire. Il s’appuie sur un corpus de quatre-vingt-treize affaires judiciaires traité...

http://cem.revues.org/13194 2014/03/01 - 17:56

Cette thèse porte sur l’iconographie de la Nativité du Christ dans la peinture italienne médiévale, avec un ensemble de trois cents images incluant les petits retables destinés à la dévotion privée comme les grands cycles de fresques. L’enquête commence autour de 1250 par les productions des peintres qui précédèrent Giotto et Duccio et s’achève autour de 1450, avec les œuvres de Beato Angelico et Filippo Lippi. L’objectif est d’étudier l’évolution de chacune des figures constitutives de la scène – Marie, Jésus, Joseph, l’âne et le bœuf, les bergers, les sages-femmes, etc. – et surtout de la scène comme ensemble, à partir du motif figuratif du personnage agenouillé en adoration, toujours plus fréquent dans la Nativité au cours de la période et symptomatique des usages dévotionnels de l’image dans l’Italie médiévale.
Le titre, « La Nativité italienne : une histoire d’adoration (1250-1450) », rend hommage à L’Annonciation italienne. Une histoire de perspective (Paris, 1999) de Daniel Ar...

http://cem.revues.org/13207 2014/03/01 - 17:56

Les « sciences humaines », nées au siècle précédent, parviennent sans doute à un moment crucial de leur développement. La mondialisation de ce que l’on appelle « l’économie de la connaissance », qui cache pour l’essentiel une marchandisation, bureaucratisation et uniformisation des processus de production des savoirs, impose à marche forcée des regroupements plus ou moins artificiels de laboratoires et d’universités dans des pôles scientifiques à fin d’assurer leur « visibilité internationale ». À cela s’ajoute, au plan national, la pression économique conduisant à des « rationalisations budgétaires », qui, dans le cadre d’une appréhension territorialisée des offres de formation, produiront des coupes sombres, et sans doute même claires, mettant en cause l’autonomie des « petites disciplines », dont la mienne : la philosophie. Bien qu’il y ait beaucoup à dire, je n’ai pas l’intention ici de traiter de la politique universitaire qui se dessine, ni même de ses conséquences pédagogique...

http://cem.revues.org/13187 2013/12/14 - 14:05

Désertée à la fin du vie-début du viie siècle devant la pression continue des incursions avaro-slaves, la ville de Byllis, fondée à l’époque hellénistique au sommet d’une colline calcaire dominant la rive droite de la Vjosa (Aôos), constitue un observatoire privilégié des bouleversements que connaît le tissu urbain aux ve-vie siècles apr. J.-C. Siège épiscopal indépendant depuis le milieu du ve siècle, c’était au vie siècle l’une des villes les plus importantes de la province d’Epirus Nova. Ces deux siècles sont marqués par d’importants travaux de fortification au milieu du vie siècle par l’architecte de Justinien Viktôrinos, réduisant de deux tiers l’espace intra-muros (11 ha) et provoquant une modification notable du réseau viaire, et la construction de thermes, d’ateliers et de maisons, ainsi que de cinq basiliques, dont une cathédrale sur le flanc de laquelle se concentrent les bâtiments nécessaires à la vie de l’évêché, qui finit par administrer cette petite cité montagnarde (f...

http://cem.revues.org/13268 2013/12/14 - 14:05

L’obiettivo del presente articolo è quello di discutere una serie di vasi « acustici » e di « bacini » provenienti dalla chiesa di San Giovanni a Delvinë (Albania), inseriti nella costruzione e databili tra X-XII secolo. Per quanto riguarda le ceramiche « acustiche » il tema è stato finora trattato solamente da T. Gjoka , ma esclusivamente in quanto amplificatori sonori ; senza tener conto del più ampio quadro storico-archeologico, e del loro maggiore interesse nel quadro degli studi sul « Bauforschung ».
Le rovine della chiesa di S. Giovanni a Delvinë si trovano su una bassa collina, situata nel nord-ovest del territorio dove si estendeva la città antica di Foinike, vicino alla riva del fiume Kalasë. Nel XX secolo nelle vicinanze delle rovine della chiesa fu insediato un nuovo villaggio chiamato Shijan. Gli scavi hanno portato alla luce un ricco materiale archeologico, che permette di ricostruire le varie fasi della costruzione e di avere una idea generale dell’architettura del monu...

http://cem.revues.org/13295 2013/12/14 - 14:05

Cette thèse étudie la construction et l’évolution des espaces médiévaux religieux et politique dans le « pays de Forcalquier », situé à mi-chemin entre la basse Provence et les Alpes – actuel département des Alpes-de-Haute-Provence. Au Moyen Âge, ce territoire constituait un repère géographique, politique et économique bien spécifique dans la partie méridionale de l’ancien diocèse de Sisteron. L’histoire médiévale de ce « pays » participe aux évolutions générales de l’ensemble du Sud-Est de la France, tout en présentant des spécificités propres. Cette étude représente un intérêt majeur car elle relève de l’approche micro-régionale, chère à Paul-Albert Février, combinant intégration et confrontation à l’ensemble de l’espace provençal.
La séquence chronologique retenue, les ixe-xiiie siècles, a permis de retracer les modes d’évolution des espaces médiévaux antérieurs à l’an Mil, l’exercice des pouvoirs sur les pôles de peuplement, ainsi que leurs manifestations matérielles dans le plei...

http://cem.revues.org/13300 2013/12/14 - 14:05

L’opération archéologique sur le site de l’abbaye de Pleine-Selve  a été programmée dans le cadre d’un doctorat portant sur les fondations liées à l’archevêque de Bordeaux Geoffroy du Loroux (1136-1158) . Seuls subsistent aujourd’hui des vestiges de l’église abbatiale, les bâtiments conventuels ayant totalement disparu. Deux sessions ont été menées en 2007 et en 2008, financées par le Service régional de l’archéologie d’Aquitaine et le Conseil général de Gironde, pour conduire une étude archéologique de la construction de l’abbatiale et évaluer les vestiges enfouis des annexes par une prospection électrique. Le rapport de l’opération sur cet édifice, jamais étudié intégralement auparavant, a permis de proposer une nouvelle lecture de sa mise en œuvre, avec des hypothèses différentes de celles proposées par J.-A. Brutails .
Une fondation de Geoffroy du Loroux ?
Si l’on se fie à l’historiographie relative à la communauté de Pleine-Selve, l’abbaye aurait été implantée dans le diocèse de ...

http://cem.revues.org/13271 2013/12/14 - 14:05

Développée à partir de la cession, en 1039 par l’évêque d’Avignon, à quatre clercs d’une église délabrée au sud de la cité, l’abbaye de Saint-Ruf constitua une des communautés canoniales à partir desquelles la vie commune du clergé fut repensée comme un nouveau modèle de régularité. Saint-Ruf contribua à doter les nouveaux chanoines réguliers d’un corpus apologétique, d’une liturgie particulière et d’une organisation pratique, dans une vaste aire d’influence, dont seule la partie catalane est bien connue . À travers l’étude des implantations de Saint-Ruf, de part et d’autre de la moyenne vallée du Rhône, nous avons envisagé la place du projet spirituel des chanoines réguliers dans les transformations de l’Église et ses adaptations, de la « réforme grégorienne » à la papauté avignonnaise. Cette recherche a nécessité de composer avec des fonds d’archives lacunaires, fournissant peu d’actes antérieurs au milieu du xiie siècle – à la différence des fonds des prieurés catalans. Nous disp...

http://cem.revues.org/13284 2013/12/14 - 14:05

Dans le cadre des commémorations du 1 500e anniversaire de la fondation de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune en 2015, le trésor de l’abbaye vit actuellement une refonte complète de ses salles d’exposition, avec, notamment, un agrandissement de la surface ainsi qu’une restauration systématique de ses objets. Denise Witschard, restauratrice, nous ouvre les portes bien gardées de l’abbaye qui protègent une communauté de chanoines réguliers de saint Augustin et leur précieux trésor .
Natania Girardin : Pour commencer, pourrais-tu nous parler de tes antécédents, de ta formation professionnelle avant ton engagement à l’abbaye de Saint-Maurice ?
Denise Witschard : Je n’ai pas de formation académique car lorsque j’étais étudiante, à la fin des années 1970, il n’existait pas encore en Suisse de formation en conservation-restauration. À l’époque, quelques musées suisses s’étaient regroupés pour offrir une formation commune . J’ai débuté au musée d’Art et d’Histoire de Genève (MAHG), dans l’ate...

http://cem.revues.org/13245 2013/12/14 - 14:05

Le présent article examine l’arrière-plan philosophique entourant les premières représentations ressemblantes de l’homme au xiiie siècle en prêtant une attention particulière au concept d’« image de Dieu » (imago Dei), dont Thomas d’Aquin renouvelle en profondeur la définition traditionnelle. Il revient en effet au théologien médiéval d’avoir souligné l’étroite solidarité entre l’âme et le corps, ainsi que l’aptitude de la première à modeler le second. La démonstration proposée ici se fonde sur les passages de l’œuvre thomiste éclairant cette thèse. Elle prend appui notamment sur les pratiques en usage à l’époque, les rituels et les légendes hagiographiques afin de mieux examiner les idées thomistes en dehors du cadre strict de la philosophie et de la théorie. L’apparition miraculeuse des stigmates de saint François d’Assise fournit à cet égard un exemple intéressant. Du fait de l’importance nouvelle accordée à la corporéité humaine, les corps des personnes vertueuses se trouvent al...

http://cem.revues.org/13251 2013/12/14 - 14:05

Il y a quelques années, j’avais le plaisir de présenter, dans cette même revue, le projet ESPACHAR, financièrement soutenu par l’Agence nationale de la recherche [ANR] dans le cadre de son appel à projets Corpus 2007 . Ce projet visait à constituer une base de données de chartes médiévales relatives à la France, en prenant en compte la période qui va des origines à la fin du xiiie siècle. L’objectif était de constituer rapidement une base d’une taille critique telle qu’elle puisse être utilisée, au moins à une échelle macroscopique, sans être influencée par les hasards de la conservation des actes ou de la constitution de la base elle-même. La méthode reposait sur la saisie des éditions déjà existantes, en privilégiant les éditions anciennes pour des questions de gratuité d’accès. La base de données elle-même devait permettre, en retour, l’étude des variations régionales de la diplomatique.
Cinq ans plus tard, le bilan de ce premier projet est largement positif. Le texte d’environ 40...

http://cem.revues.org/13189 2013/12/14 - 14:05

Au tournant du XIIe siècle, à la naissance des premiers monastères cisterciens, le monachisme féminin a déjà une riche histoire. Dans le contexte du renouveau érémitique et monastique, les femmes, volontairement ou non, se rassemblent en communautés d’orantes, parfois à proximité des nouveaux établissements masculins. Si les moines blancs sont réputés peu ouverts aux aspirations spirituelles féminines, les moniales sont pourtant bien présentes dans l’Ordre au XIIIe siècle, ne serait-ce que par les récriminations du Chapitre général contre leurs « prétentions ». Malgré les réticences initiales, dès les origines de l’ordre, il faut songer à accueillir épouses, sœurs ou filles des convertis, d’où la fondation du prieuré de Jully, dépendance de Molesme approuvée en 1118 par l’évêque de Langres, Joceran de Brancion, puis du Tart, à proximité de Cîteaux, vers 1125 et peut-être avant. Sans être à proprement parler cistercienne au départ, cette dernière communauté, puis ses « filles », adop...

http://cem.revues.org/13199 2013/11/23 - 11:17

Pierre Legendre qui, nonobstant son intérêt profond pour l’Afrique, ne cultive pas une affection débordante à l’égard de l’anthropologie structurale, conseillerait volontiers, à qui voudrait s’enquérir de ce qui nous fait les étranges choses que nous sommes, de visiter Notre-Dame plutôt que le quai Branly : « l’Église occidentale (…) transporte encore sous nos yeux son musée vivant, un réservoir de mythes fondamentaux qu’on pourrait croire à jamais perdus et dont l’anthropologie devrait s’occuper davantage » (AC 27 ). Le Palatin, en effet, est en ruine tandis que, malgré tous les aggiornamenti, de l’autre côté du Tibre parle encore un pontife « qui a tout le droit dans l’archive de sa poitrine » (AC 75) et dont les ministres accomplissent partout les rites propres à constituer l’humanité en société sacrée. Si donc l’Église n’est jamais vraiment l’objet unique et principal de l’interrogation de Legendre, elle est partout dans son œuvre, sa tradition textuelle et liturgique irriguant ...

http://cem.revues.org/13156 2013/08/07 - 15:27

Pour le lecteur de nombreux ouvrages antihérétiques, une impression de fond se dégage d’elle-même : le discours se déploie, par-delà les spécificités de chaque hérésie, comme une sorte de long plain-chant uniforme, la voix toujours identique de la Tradition qui donne indéniablement un air de lieu commun à cette littérature pléthorique. La diversité des fronts ne masque pas la répétition de l’orthodoxie, ils lui sont toujours ramenés comme à une instance ultime et insurpassable de qualification. Si problème il y a quant à la qualification, cela ne concerne que l’étape préliminaire de caractérisation des thèses de l’adversaire potentiel et le relatif accord au sujet des termes de la condamnation , car, a posteriori, je définirais l’hérésiologie comme le discours de l’évidence : évidence du négatif, évidence de la faute du dissident, évidence de la résolution et du triomphe de l’Église, évidence de son histoire et de sa mise en scène. Sur bien des points, hérésiologie et ecclésiologie ...

http://cem.revues.org/12901 2013/08/07 - 15:27

Pourquoi « enrôler » l’œuvre de Pierre Legendre dans une recherche sur l’ecclésiologie, alors que stricto sensu, il ne s’est pas intéressé précisément à ce sujet, et que le terme n’apparaît pas dans son œuvre ? Pour un lecteur de ses publications parues depuis les années 1980, notre perspective pourrait même apparaître d’abord, par rapport à Legendre, comme iconoclaste, clairement anti-ecclésiale, bien plus qu’anti-romaine, tant sa critique n’épargne pas l’institution. De manière significative, dans un recueil d’études anglo-saxonnes sur son œuvre paru en 2006, aucun chapitre ne concerne l’ecclésiologie . Et pourtant… même dans cette partie de l’œuvre marquée par la série des Leçons, de nombreux fils témoignent des premiers travaux, d’abord exclusivement consacrés au droit savant médiéval. Un seul peut suffire à comprendre notre choix : l’insistance sur le pouvoir pontifical.
Il s’agira donc moins de proposer une synthèse de l’ensemble de l’œuvre de Pierre Legendre que d’en faire une...

http://cem.revues.org/12881 2013/08/07 - 15:27

Par une curieuse évolution, qui n’était pas inscrite dans la geste des origines évangéliques, la personne du fidèle chrétien en est venue au cours du Moyen Âge à se confondre avec la personne de l’Église, la « foi » qui fait le « fidèle » ne se concevant plus que comme la « foi de l’Église » ou, ce qui revient au même, comme la « foi dans l’Église ». Une pareille évolution a été possible parce que la communauté des premiers disciples du Christ, la primitive « communion » chrétienne, s’est progressivement muée en proto-institution gestionnaire du divin sur terre.
Ce pouvoir médiateur tient à la place de l’Église, dans le système d’ensemble du christianisme, comme instance « économique ». Au sens ancien, grec, du terme, l’économie (oikonomia) est ce qui fixe les « règles » (nomoi) de bonne gestion de la « maison » (oikos), la Cité n’étant qu’une extension de la maison. Chez saint Paul, principal acteur de l’hellénisation du christianisme, « économie » est le terme qui s’impose pour par...

http://cem.revues.org/12892 2013/07/30 - 20:31

L’ecclésiologie, ce discours sur soi-même qui a longtemps occupé les clercs en mal d’une définition de l’identité chrétienne et du rôle de l’institution institution ecclésiale dans cette définition, tourne à l’infini sur la définition du terme polysémique d’« Église ». Dans une religion de l’Incarnation, quelle peut être la « substance » de l’Église, la « réalité » des manifestations de Dieu dans le monde que les hommes se construisent ici-bas dans la perspective de l’au-delà ? Cette « réalité » est-elle ecclésiale ? L’Église, la « véritable » Église, est-elle visible ? Autant de questions qui tournent autour du « réalisme ecclésiologique » – un problème qui dépasse de très loin le simple registre des réflexions théologiques dans la mesure où, au Moyen Âge, les termes d’Église et de société sont co-extensifs. On ne dépassera pas ici la période médiévale, mais il importe de bien peser les implications à long terme sur la réflexion théologico-politique des « considérations scolastique...

http://cem.revues.org/13145 2013/07/30 - 20:31

À la mémoire d’Edmond Ortigues
L’ecclésiologie en quête de « nouveaux horizons » se doit d’intégrer les grands thèmes de la théologie sacramentelle dans le périmètre des sciences sociales . La présente étude voudrait contribuer à cette entreprise en abordant la question de la fides médiévale selon un angle d’attaque institutionnel. Mon « esquisse de parcours ecclésial » a pour objet de montrer non seulement comment la foi « socialise » dans un Occident latin où Église et société sont longtemps des termes co-extensifs, mais aussi comment un corps de croyances médiatisées peut « instituer ». Après de brefs rappels sur les origines pré-chrétiennes et chrétiennes du terme fides, je procèderai en trois temps, d’abord en traitant de la foi et de l’institution, puis de la foi de l’Église, enfin des tensions entre foi et croyance qui marquent le temps de sortie de la fides proprement médiévale.
Foi et institution
Fides (foi) et foedus (pacte, accord, alliance) ont une origine indo-européenne c...

http://cem.revues.org/13140 2013/07/30 - 20:31

À l’intersection de l’exégèse biblique et de l’étude iconographique des formes et des figures dans les codex d’époque carolingienne, nous aimerions souligner la rencontre, au premier regard, plutôt imprévue, mais nullement improbable, dans le champ de l’analogie, entre les allégories pensées par les théologiens, tels Bède le Vénérable (673 ?-735), Ambroise Autpert († 784), Raban Maur (v. 783-856) et Haymon d’Auxerre (fl. 840-860), autour des livres bibliques de l’Exode (28, 15-21), d’Ézéchiel (28, 13) et de l’Apocalypse (21, 18-21), et les matières précieuses, les gemmes, ainsi que les autres composantes utilisées dans les reliures sculptées en ivoire, autour des riches manuscrits réalisés pour le souverain, jusqu’à Charles le Chauve (823-877 ; roi de France, 843-877 ; empereur d’Occident, 875-877), y compris .
Les principaux travaux, en histoire de l’art et en iconographie, sur ces questions, ayant accordé une trop grande importance aux décors en restant enfermés dans l’étude des « ...

http://cem.revues.org/11035 2013/07/29 - 06:23

Le colloque international « Enfermements. Règles et dérèglements en milieu clos, vie-xixe siècle » s’est tenu du 4 au 6 octobre 2012. Il s’inscrit dans un vaste et ambitieux programme de recherche, Enfermements , qui entend mener une histoire comparée et croisée des enfermements monastiques et carcéraux inscrite dans la longue durée. À l’origine de cette entreprise, initiée par Isabelle Heullant-Donat (professeur à l’université de Reims), Julie Claustre (maître de conférences à l’université de Paris 1-Panthéon Sorbonne) et Élisabeth Lusset (docteur en histoire médiévale), auxquelles s’est adjoint Falk Bretschneider (maître de conférences à l’EHESS), se trouve un simple constat : nombre de prisons françaises sont ou ont été abritées dans d’anciens couvents. De fait, il est assez exceptionnel qu’un colloque se déroule au sein des lieux qu’il étudie : la prison centrale de Clairvaux, ancienne abbaye cistercienne du xiie siècle, et la médiathèque de Troyes, où sont conservés les quelque...

http://cem.revues.org/12976 2013/06/19 - 13:48

Introduction
L’implication des commanditaires dans les choix architecturaux est au Moyen Âge rarement démontrable, mais la tentation de rattacher des choix esthétiques à des promoteurs clairement identifiés est toujours très forte pour les historiens de l’art. C’est ainsi que J.-A. Brutails n’hésite pas, dans les années 1920, à attribuer à l’archevêque de Bordeaux, Geoffroy du Loroux (1136-1158), un certain nombre de grandes réalisations architecturales, comme la cathédrale de Bordeaux et les quatre établissements réguliers dont il est le fondateur . La proposition de J.-A. Brutails est reprise et enrichie par J. Gardelles dans les années 1950 et 1960 . Cependant, si l’action réformatrice de Geoffroy du Loroux est clairement démontrée, son rôle dans la commande des chantiers l’est beaucoup moins. Geoffroy du Loroux est-il, à l’image de l’abbé Suger, Bernard de Clairvaux ou de Géraud de Sales, un prélat fortement impliqué dans des choix architecturaux ?
Ce travail de thèse a eu pour bu...

http://cem.revues.org/12985 2013/06/19 - 13:48

En 2010, en amont d’un projet immobilier, une fouille préventive a été réalisée sur un îlot situé au nord de la place des Véens à Auxerre, dans un secteur archéologique très sensible . Concernant une parcelle de près de 1 000 m2 localisée à une cinquantaine de mètres au sud de l’ancien castrum, à l’ouest de la ville, et à l’intérieur de l’enceinte du xiiie siècle , cet ample chantier, pour lequel nous disposons maintenant de la totalité des résultats des analyses scientifiques, était propre à apporter des éclairages nouveaux sur le phénomène urbain à Auxerre sur la longue durée, des faubourgs de l’Antiquité tardive à l’actuelle périphérie du centre-ville. Les différentes structures mises au jour permettent de reconstituer les activités qui se sont succédé sur le site et de les associer à l’évolution du développement urbain auxerrois .
Les fours à chaux de l’Antiquité tardive
La présence de fours à chaux, profondément excavés dans le substrat, correspond aux premières traces d’occupati...

http://cem.revues.org/13131 2013/06/19 - 13:48

Objectifs et sources
Cette thèse s’intéresse à l’évolution des images murales de la vie terrestre de la Vierge dans le temps long, des origines du premier art chrétien jusqu’au Concile de Trente, dont les prescriptions modifient considérablement la mise en image des thèmes sacrés. L’étude repose sur un vaste corpus iconographique composé de 2313 images murales, peintures et mosaïques, conservées dans 617 sites italiens et 260 sites français. Les techniques de la peinture murale – buon fresco, peinture à tempera ou à l’huile – y sont prépondérantes et représentent plus de 95 % des occurrences répertoriées.
Le mémoire de thèse se présente sous la forme de cinq volumes. Le premier est consacré à la synthèse, qui s’articule autour de deux axes principaux : l’analyse quantitative du corpus rassemblé et l’enquête iconographique à proprement parler. Le deuxième volume rassemble les outils bibliographiques et un répertoire thématique, qui récapitule l’ensemble des images sur lesquelles repose...

http://cem.revues.org/13124 2013/06/19 - 13:48

Tajón, obispo de Zaragoza entre 651 y c. 683, inicia de este modo el primer libro de sus Sententiarum libri V :

« Caput Primum : Quod Deus incommutabilis, summus et aeternus existat. (S. Gregor, Moral., lib. XII, cap. 33, nº 38). Solus Deus in semetipso incommutabilis est, quia solus habet immortalitatem : de quo per Jacobum dicitur : Apud quem non est transmutatio, nec vicissitudinis obumbratio (Jac. 1, 17) » .

Ya el género, título y contenido de este capítulo inaugural nos remiten sin equívoco a la obra de Isidoro, el gran obispo de Sevilla o, -como tan amorosamente anota el concilio VIII de Toledo del que Tajón participa, « nostri quoque doctor egregius » - muerto a esta altura más de quince años ha . La relación entre ambos es todo menos casual : en efecto, este Tajón fue discípulo directo de Braulio, alumno dilecto- a su vez- del propio Isidoro.
Tanta credencial de ortodoxia, sin embargo, no ha propiciado en demasía el interés de los visigotistas por su obra. La escasa vocación ...

http://cem.revues.org/12826 2013/06/12 - 00:02

Prélat réformateur anglo-normand, Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen entre 1130 et 1164, est une figure connue des spécialistes de la pré-scolastique, sans que ses réflexions sur l’Église aient suscité pour autant une grande attention . Né vers 1085 dans une famille de la moyenne aristocratie peut-être apparentée aux comtes d’Amiens, Hugues, dit « d’Amiens » ou de « Ribemont » (Ribemont-sur-Ancre, berceau de sa lignée ?), est le cousin d’un clunisien et homme d’Église de grand renom, Matthieu, cardinal d’Albano. Après un bref passage au chapitre cathédral de Thérouanne sous l’épiscopat de Jean de Warneton (1099-1130), puis par Laon, où il fréquente l’école d’Anselme, il entre à Cluny en 1112, tandis que sa mère, Héceline (Hecelina), gagne la recluserie clunisienne de Marcigny-sur-Loire. Son cursus honorum au sein de l’Ecclesia cluniacensis et de sa nébuleuse anglaise est rapide, Hugues étant successivement prieur de Saint-Martial de Limoges (1114), prieur de Saint-Pancrace de Lewe...

http://cem.revues.org/12791 2013/06/12 - 00:02

« – Julien ! Et cette voix haute avait l’intonation d’une cloche d’église. »G. Flaubert, La légende de saint Julien l’hospitalier
La question de l’espace sacramentel occupe beaucoup les historiens du Moyen Âge depuis une bonne vingtaine d’années . Dans l’étude qui suit, j’aimerais, dans la dynamique de mes précédents travaux sur l’histoire monumentale de l’Église entre 800 et 1200, revenir sur le problème (simple image ou réalité tangible ?) de l’église de pierre comme fabrique sacramentelle de l’Église-communauté, sur la confusion église/Église, contenant/contenu, emblématique du lent processus de « pétrification », de « monumentalisation » de l’institution ecclésiale, dans l’Occident latin entre le début du ixe siècle et la fin du xiiie siècle . Après de brefs mais nécessaires rappels en matière de théologie sacramentelle, je me concentrerai sur les enjeux topologiques posés par deux sacrements : la pénitence et le mariage.
Lieu de culte et théologie sacramentelle
Deux représentation...

http://cem.revues.org/12773 2013/06/12 - 00:02

El presente trabajo tiene su origen en la preocupación acerca de la naturaleza de las representaciones sobre el poder en la Alta Edad Media, en particular aquellas eclesiásticas. El gelasianismo ha sido uno de los conceptos tradicionalmente utilizados para explicar las construcciones intelectuales que le permitieron a la Iglesia sostener ideológicamente su espacio de poder en la sociedad altomedieval.
Quienes lo utilizan consideran que la institución eclesiástica basó su derecho al ejercicio del poder en la tierra sobre una división dual del mismo. Habría una esfera de poder espiritual, una auctoritas, depositada en la Iglesia y ante todo en los obispos y el papa, superior a otra esfera terrenal, la potestas, propia de los príncipes de la tierra (emperadores, reyes, etc.). El creador de esta idea de división dual habría sido el papa Gelasio, quien la expresara con claridad en 494 en una famosa carta dirigida al Emperador Anastasio.
Sin embargo, una corriente historiográfica se ha op...

http://cem.revues.org/12774 2013/06/12 - 00:02

Las diferencias entre los modelos eclesiológicos del mundo “oriental” y el occidente latino constituyen, sin duda, uno de los problemas más debatidos en la historiografía de la Iglesia.  Partiendo de una matriz común, ambas tradiciones atravesaron desarrollos diversos en los que, sin embargo, podemos reconocer problemáticas comunes. Una de ellas se manifiesta en la naturaleza contradictoria de la constitución de la Iglesia a la vez como manifestación terrena del mundo venidero (y, por lo tanto una institución política) y su trascendencia a todo orden mundano. Esta contradicción se manifiesta de manera más potente en los alcances y límites de la intervención del poder civil en los asuntos eclesiásticos, cuestión que adquirió especial relevancia en la historia de los debates teológicos que siguieron a la convocatoria del concilio de Calcedonia. No son pocos los estudios dedicados al complejo proceso que transformó a una heterogénea corriente de oposición -tanto a la definición cristol...

http://cem.revues.org/12775 2013/06/12 - 00:02